2012-Portugal Historico

Le Tougalisto 2012 vu de l’assistance

Par Thom

Ca commence par une histoire de poils….
Une idée à la Nico. Au début un peu saugrenue, et puis on s’est dit, why not, on y va et tout le monde a joué le jeu…

Enfin presque…

Lundi 8 Octobre: Arrivée à Lisbonne, direction le comptoir Goldcar,

…récupération de la voiture d’assistance et direction Estoril pour récupérer la MGB, la BM (Casimir) et la Lancia MC.

Quelques semaines avant le rallye, je me demandais quelle voiture louer? Basique, genre Polo? Plus gros genre Golf? Se faire plaisir genre 207cc?

D’après Nico je n’aurais rien à transporter donc le choix m’appartient.

Finalement, mon expérience de l’assistance sur 2 MCH m’oriente vers un choix qui me semble raisonnable: Un break M1: une Mégane Estate! (On verra par la suite que l’expérience c’est utile 😉

circuito estoril

Arrivés au circuit, Nico démarre la MG et on est tout de suite dans l’ambiance, le collecteur et l’échappement ne sont plus raccordés. Merci le transporteur…

Remarque, si la MG fait un barouf du tonnerre, Casimir, lui, est très discret. Mauvaise idée d’avoir laissé enclenché le dégivrage arrière, plus de batterie, merci le transporteur…

La Mégane entre en action, mais rien n’y fait. En plus on a pas de pinces (il n’est pas encore arrivé… il est dans l’avion 😉

Bon d’autres concurrents nous dépannent, on branche Casimir sur la Megane, ça part!

Reste à prendre la Lancia de Christophe & Patrick… Ah oui! mais non elle est fermée à clé…. Eux sont dans l’avion, personne au circuit, tant pis elle restera là. Direction l’hôtel Palacio.

 hotel palacio

Quelques détours pour trouver l’hôtel mais on s’en sort assez bien finalement.

Bel hôtel, 5*.

Les plateaux ont envahi le parking, les premiers concurrents sont déjà là…

Préparatifs

Je finis par trouver le responsable des clés, récupère celles de la Lancia qu’on va chercher au circuit avec Christophe et Patrick. La barrière pour accéder à la piste de F1 est ouverte. C’est tentant un tour de circuit la nuit, seuls…. Mais on reste raisonnables.!

Retour à l’hôtel pour préparer les voitures, sur le trajet je vois la Beta MC grise garée sur le côté de la route, merde il n’y a donc plus de places sur le parking de l’hôtel??

On astique et on met les stickers.

Un photographe passe et montre à Nico des photos qu’il avait de l’an dernier. Pas con le mec. Du coup Nico lui achète ses photos.

Alors qu’on est en train de coller nos stickers, Pascal et Fabrice, qui sont arrivés la veille nous appellent pour nous dire qu’ils ont un problème avec leur Lancia grise. Ils pensent que le bas moteur est fêlé.

Pour le moment on ne peut rien faire…

S’il faut préparer les voitures, il faut aussi préparer les hommes.

Antoine et Daniel, qui ont passé le week-end à Lisbonne, nous ont réservé un resto.

Premier repas du team, en plein air, vraiment sympa!

Retour à la Lancia grise. L’assistance technique de l’ACP se met au travail, pendant plusieurs heures la nuit (sympa les gars alors que le rallye n’a pas encore commencé) mais rien n’y fait, ce sera le premier abandon du team. La déception se lit sur les visages

 

On termine cette première soirée assis devant la piscine et une bouteille de Vino Verde. Ca ne sera pas la dernière…

Ohééé? Por Favor! Vino Verde!

Mardi 9 Octobre: Briefing & vérifs techniques

Au réveil, on descend au petit déj. Beaucoup de monde et pas de place. On avale rapidos un café et on va au circuit, briefing à 8h30 puis vérifs techniques.

Il pleut à moitié, il y a du brouillard, une sale journée s’annonce…

Chacun attend son tour pour passer le contrôle. Au sein du team, on commence à jouer avec nos talkie walkie…

Puis, on laisse nos concurrents sur place le temps de finir leurs vérifs et le temps pour nous d’essayer cette piscine avant de quitter l’hôtel.

Le parc fermé

Après les vérifs et avant le départ officiel, les voitures sont mises en parc fermé devant le casino.

Le team part déjeuner pour prendre des forces avant de prendre la route (menu en français!).

Avant l’ouverture du parc, les concurrents règlent leurs montres sur l’horaire officiel du rallye.

Tout le monde attend le départ avec impatience.

En avant !

Côté assistance, on découvre le road book avec Maman. Notre itinéraire y est très bien indiqué. On a les points d’assistance avec les coordonnées GPS et les cartes, par contre à part ces points, on ne sait pas où les voir passer car nous n’avons pas l’itinéraire des concurrents qui leur est donné au moment du départ chaque matin et chaque midi.

Nico me conseille de les retrouver au circuit de Kart de Bombaral. Ok on y sera. On attaque la route, beaucoup d’autoroute, que de l’autoroute d’ailleurs. Je commence à me dire qu’il va falloir s’affranchir un peu du road-book si on veut voir quelque chose du Portugal…

Circuit de Kart

On arrive une heure avant les concurrents, personne.  J’espère qu’on ne s’est pas gourré d’endroit. Finalement, tout est bien installé, donc c’est bien là, on attend. Puis les premiers arrivent.

Les équipages ont le sourire, tout le monde semble content d’avoir enfin démarré la course.

 

Les concurrents passent par groupe de 4 sur le circuit. Ils font 3 tours chacun. Le principe est le suivant: le premier tour donne la cadence et il faut ensuite être régulier par rapport à ce premier chrono. Cependant, il faut aussi être le plus près possible du meilleur temps. Nico résume la tactique en 2 mots: A FOND!

Gros succès de la cuccaracha dans la ligne droite!

Arganil

 

En sortant du circuit, Christophe & Patrick nous jettent leur roue de secours qui appuie sur les durits de freins de la Beta MC… Je savais qu’il nous faudrait un break…

Nico nous dit qu’il a besoin d’une patte en fer pour accrocher je ne sais quoi sur son tableau de bord et qu’il lui faut un télépéage.

On se met en quête d’un magasin de bricolage.

On s’arrête au péage pour demander comment on pourrait avoir un boitier. Après 10mn de discussion, on comprend que c’est peine perdue et qu’il faudra au moins 1 semaine pour l’avoir, bref c’est mort, on repart.

Au moins, ils nous auront indiqué comment aller chez AKI, le magasin de bricolage.

On y prend toutes sortes de pattes vu que Nico n’est pas joignable et qu’on ne sait pas trop quel type de patte il lui faut.

Puis on se retrouve à l’hôtel à Arganil.

Ohééé? Por Favor! Vino Verde!

Mercredi 10 Octobre

Au réveil, le temps n’est pas encore terrible, bon tant pis.

On décide de regarder partir tous les concurrents avant de nous élancer à notre tour.

L’occasion de voir les autos de près.

C’est aussi l’occasion d’encourager  le team au départ de cette deuxième journée.

Nous rangeons alors notre véhicule d’assistance puis nous prenons la route

A un moment, j’entends un bruit au loin, je regarde dans le retro et j’aperçois la Dauphine qui arrive en trombe. On est donc revenus sur leur itinéraire. La dauphine n’était pas trop mal placée, elle est donc devant nos voitures.

Ok, je cherche un endroit joli, on se gare, on attend nos voitures et on fait quelques photos.

Le temps de trouver le fameux endroit joli, au moment où je serre le frein à main, la MGB passe en trombe. M…. Trop tard!!

Je crie à Maman « remonte vite! », on part en chasse sur les chapeaux de roues.

Virage à gauche, virage à droite, et M…., frein! C’est l’entrée de la spéciale, je n’ai pas le droit d’être là moi…

D’ailleurs le commissaire vient me voir pour me le faire comprendre. On fait une photo floue de la MG et on repart se poster à l’entrée des 2 virages pour faire quelques photos.

On repart en suivant notre book. SMS de Nico: « 30l »

Ok il a besoin d’essence, réponse: « S9 10mn » on va se poster au prochain point d’assistance du book. Il arrive cuccaracha à donf, on remplit le réservoir.

C’est là qu’on s’apercevra que Manu a un problème…

On se remet en marche par une superbe route de montagne. Le Portugal, un pays d’éoliennes!

Re-sms, « 10l »

Ok, RDV au S10!

??? Manu, ça va?

 

Bon, ce coup là, nos 2 jerrycans sont vides, ils faut trouver une pompe. Au bout de quelques kilomètres, on trouve une station, clignotant, tiens la 914 est là aussi.

Allez, en route, on se retrouve pour le déj.

Sauf que l’emplacement du déj n’est pas indiqué sur le road book d’assistance. On finit par trouver en suivant un concurrent.

Nico arrive 30mn plus tard accompagné de la MG C.

Tout le monde pointe à l’heure.

 

On déjeune sous la tente puis tout le monde s’accorde un moment de répit avant de repartir. Petite séance de kiné pour Patrick, qui fait bien rigoler tout le monde.

 

Pour l’aprèm, Nico me dit qu’ils ont à nouveau une épreuve sur circuit juste avant de rejoindre l’hôtel mais il ne sait pas où. Ok on va chercher ça et les attendre là-bas.

Au bout de 20mn, on voit un circuit indiqué mais ça ne doit pas être ça vu que c’est encore loin de l’hôtel, or l’épreuve est en fin de journée.

On continue, on avance et finalement on se dit qu’on va aller au prochain point d’assistance.

Finalement, ce point d’assistance est à l’hôtel. Merde on est déjà arrivés. Il est 15h. Pas trouvé le circuit. Du coup, on enfile les peignoirs et on fonce à la piscine. J’en profite également pour me connecter à internet et essayer de mettre quelques photos sur le blog. Beaucoup de temps passé pour rien, seule une photo passera, je suis vert.

Les concurrents arrivent en début de soirée. Apéro sur la terrasse puis on file au dîner. Comme on est arrivés tôt, on a pu bloquer 2 tables pour le team.

L’organisation accorde une heure aux concurrents à partir de 22h pour bricoler les autos. Nico a 2-3 trucs à faire sur la voiture donc on va ressortir après le dîner.

M… il pleut des cordes. Bon je pars en éclaireur, seul dans la nuit, avec la Megane avec pour objectif de trouver un emplacement en ville pour garer 3-4 voitures. Evidemment les stations service vont être blindées par les autres concurrents (y a des assistances un peu plus perfectionnées que nous, genre semi-remorque, barnum, bande de protection pour délimiter l’espace etc…) Mais je trouve rapidement un coin, je gare la Megane en vrac sur trois places et j’attends nos autos.

On se guide par talkie, ils arrivent, let’s go, la montre tourne, il faut être rentré dans une heure.

Un phare ne s’allume pas, y a un problème. On ne trouve pas. « Thomas à Antoine, tu me reçois »?

Le talkie grésille, ils prennent de l’essence, ils rentrent la 914 au parc et ils arrivent avec leur matos d’électriciens.

En 2 minutes, le problème est trouvé, et le phare s’allume. C’est pratique un ingénieur….

Pendant ce temps, je fais quelques photos dans la MG.

Je surveille la montre, « faut rentrer les gars! », reste 10mn et il faut régler les phares. Nico descend la rue, se met face à un mur on se regarde « c’est bien là non? », Allez, phares réglés, on rentre.

Après cette heure un peu speed, on va quand même pas aller se coucher. On passe donc par le bar, prendre notre petit Vino verde…

A noter que Fabrice et Pascal, en carafe avec la Lancia Grise ont finalement décidé de suivre le team et de partager avec nous quelques moments sympas le soir, Team Spirit quoi!`

Ohééé? Por Favor! Vino Verde!

Jeudi 11 Octobre

Aujourd’hui on fait une boucle et ce soir on redort au même hôtel. Pour une fois, on peut laisser les sacs et on a pas à s’encombrer, c’est cool.

On a convenu un truc avec Manu. Dès qu’il a le road book, il m’appelle et me donne vite fait quelques noms de villes où ils passent et nous on va se démerder pour trouver les villes et les voir passer.

On trouve une de ces villes on tourne un peu en rond mais on arrive à voir passer quelques concurrents, c’est sympa.

Pour le prochain point, on va aller au point de service 12. C’est là qu’ils pourront avoir besoin d’essence.

Arrivés sur ce point, Maman me dit c’est bizarre cette longue flèche sur le book. En fait on se rend compte que contrairement à d’habitude où les points d’assistance se font sur un parking, là c’est sur les 20km d’une route qui longe le Douro et chacun doit se démerder pour trouver un emplacement. Il pleut des cordes, pas cool. Finalement on trouve, on bloque la place et on attend.

 

A priori on en a pour un moment car on voit passer les premiers. Un chien errant se prend d’amitiés pour nous mais la route est très passante, les voitures le rasent. On essaye de le faire fuir mais rien n’y fait. Maman préfère rentrer dans la voiture pour ne pas voir…

Dommage qu’il ne fasse pas beau, c’est joli ici.

J’en profite pour appeler Hug (mon accolyte du MCH) pour lui souhaiter son anniv et lui raconter un peu le rallye.

Alors qu’on est au téléphone, j’entends un double appel, je raccroche vite car je sens que c’est Nico qui va me dire qu’il arrive.

En fait c’est bien Nico, mais il n’arrive pas. Ils sont sortis dans un virage plus haut dans la montagne . Ils avaient réussi à s’arrêter mais connement, la voiture s’est couchée dans un champ, elle est out. Eux n’ont rien, heureusement, mais le moral en prend un coup…

Nico et Manu doivent attendre la dépanneuse  qui ne passera qu’à la fin de la spéciale donc ça va durer un moment.

Avec Maman, nous n’avons plus de raison d’attendre sur notre emplacement donc on se dirige vers la première ville pour boire un café en attendant des nouvelles.

Des moments étranges. Même si j’ai eu Nico en ligne plusieurs fois et que je sais qu’ils n’ont rien, ça fait bizarre de savoir que mon frère vient d’avoir un pépin et que je ne peux pas faire grand-chose, c’est très frustrant.

En plus ça veut dire que le rallye est terminé pour eux…

Finalement Nico me dit où la dépanneuse l’a déposé, on s’y rend en suivant le GPS.

A un moment je vois la BM d’Henri et Sébastien garée devant un resto. Non ils sont quand même pas en train de bouffer???

Raté, ils sont en panne, problème d’injection, abandon.

En fait Nico est aussi là avec la MG garée derrière.

Put… 2 bagnoles out ce matin…

Bon tout le monde va bien, le soleil est revenu, c’est l’essentiel. On attend maintenant les dépanneuses qui ramèneront les voitures au parc fermé.

On transvase les affaires de la MG dans la Mégane (un break, c’était sûr…). Les dépanneuses arrivent. Nico part avec celle de la MG et Henri avec celle de la BM. Sébastien monte avec nous. On va retrouver Manu, comme il avait mal au doigt, par sécurité, l’organisation du rallye l’a envoyé à l’hôpital de Lamego faire une radio.

On apprendra plus tard que la Lancia de Christophe & Patrick est aussi out depuis ce matin, elle ne tourne plus sous les 4000 tours. Alors du coup, ils en profitent pour faire quelques photos souvenirs.

Résultat: il n’y a plus que la 914 en course pour le team… Sale matinée!

On finit par trouver l’hôpital mais Manu n’est pas encore sorti et on ne peut pas aller le voir.

On entend gronder quelques moteurs, la course doit passer tout près.

Gagné! Juste derrière l’hôpital. On en profite pour voir passer les concurrents.

Manu finit par sortir, tout sourire!

On reprend la route en direction de l’hôtel où Nico et Henri sont arrivés avec leurs dépanneuses entre temps.

On essaye de garder le moral mais au fond, tout le monde est déçu, fatigué, la route semble longue pour rentrer à l’hôtel, même s’il n’y a que 80 bornes.

Quand on retrouve Henri et Nico, Henri nous raconte: quand il a fait une simple marche arrière en braquant pour se garer, sa roue avant gauche s’est barrée… en fait ils ont tapé dans une ornière ce matin et la roue ne tenait plus que par un boulon… heureusement, l’injection a lâché en premier…

Arrivés à l’hôtel, on se commande des sandwichs car on a sauté le déj et tout le monde crève de faim.

On passe le reste de l’après-midi à continuer de vider la MG et à chercher un moyen pour transporter la BM à Estoril.

Le soir, on se venge sur les chateaubriand puis on réserve le salon de billard de l’hôtel pour regarder le film du Mans Classic de Christophe et Patrick. Un très bon moment!

Vendredi 12 Octobre

Après ce jeudi éprouvant, le rallye continue. Antoine et Daniel sont repartis en course avec pour mission de faire briller les couleurs ART.

Pour les autres:

-Nico, Manu et Sébastien vont redescendre à Estoril avec Maman et moi (Un break je vous dit!)

-Henri a trouvé une assistance italienne avec un plateau qui accepte de prendre Casimir, super sympas!!! Ceci dit il a morflé aussi leur camion…

-Christophe et Patrick redescendent à Estoril avec la Beta par la route à 180. Ils partent une heure avant nous, comme ça on est derrière en cas de pépin.

Carlota, notre copine de l’organisation nous dit que le déjeuner de la course n’est pas loin dans un golf et qu’on devrait venir. On accepte, d’autant que ça nous permettra de voir Antoine et Daniel. On file donc au déj avant de redescendre sur Estoril.

Sur le trajet du retour, tout le monde dort à moitié dans la voiture. Il faut dire que ces péripéties ont fatiguées tout le monde. Je m’enquille les 300 bornes d’autoroute.

Christophe et Patrick sont bien arrivés, ils réservent un resto pour le soir.

On doit suivre leur taxi pour trouver le resto. Je les soupçonne de lui avoir promis un billet s’il me sème sur le trajet. La Mégane est à l’attaque, on se fait notre propre Jimkana!

Super resto, bonne ambiance et bon vino verde!

On rentre ensuite à l’hôtel et on s’équipe (blousons, appareils photos, cigares) pour aller voir les spéciales de nuit de Sintra (l’équivalent de la nuit du Turini au MCH), le final quoi!

On trouve l’entrée de la spéciale mais on arrive trop tard, la n°0 est au départ, la route est donc fermée. Le temps que je me gare, une partie de notre groupe part à pieds sur la route noire.

Nico m’attend et du coup on reste au départ. Une bonne ambiance, plein de monde partout c’est sympa. On discute quelques instants avec notre dernier équipage.

 

Bon, une fois tous les concurrents passés , on sait qu’ils doivent repasser d’ici une bonne heure. Que faire en attendant?

Tiens, y a un golf juste là, on va se boire un vino verde? Vendu.

On passe donc une petite heure au bar du club house, puis on ressort voir le second passage des voitures. On arrive pile pour voir passer Antoine & Daniel.

Et voilà, la dernière voiture vient de partir. On retourne à l’hôtel, on va attendre Daniel et Antoine à l’entrée du parc fermé pour les féliciter d’être à l’arrivée.

Bon, on a quand même 2 moustachus à l’arrivée, ça se fête!!! Il est 3h du mat, le bar de l’hôtel est fermé. On ressort en ville et on retrouve tous les concurrents au même bistrot, le seul encore ouvert, autour d’une bonne bière, ça change du vino verde.

Samedi 13 Octobre

Le lendemain, repos. Matinée à la piscine, déjeuner de fin de rallye puis retour vers l’aéroport…

L’occasion d’une dernière bêtise…

Sur la route de l’aéroport on repasse vite fait au circuit voir si les voitures sont bien chargées… mais pas encore en fait. A part l’ART, personne n’a encore amené sa voiture. On apprendra par la suite qu’en fait la camion va aller les charger à l’hôtel bref, un peu de confusion dans l’organisation du transport…

Maman en profite pour essayer la Lancia.

 

On en profite pour laisser une petite trace de notre passage à Estoril!

Eh oui, je ne peux pas rendre la Megane avec ses moustaches au loueur…

 

Ce Tougalisto,  aura été un moment fort du team.

Au-delà d’avoir été le 10ème rallye sous les couleurs du team, c’est aussi la première fois que nous connaissons de si nombreux abandons.

C’est la première fois que la MGB ne termine pas!

L’aventure humaine a encore été forte et intense. Au-delà des moments de doute et d’inquiétude, les moments de joie et de partage ont été nombreux.

Alain aurait aimé ce rallye!

C’est sûr, on reviendra!!

 

 

Retrouvez toutes les photos ici: http://www.alainracingteam.com/photos/2012-rally-portugal-historico/rallye-du-portugal-historique-2012-les-photos/

4 réflexions au sujet de « 2012-Portugal Historico »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *